Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 14:50

  Méfiez vous des trains du matin!

      Lorsque Cécile, 47 ans, monte dans le train Troyes-Paris après un week-end ennuyeux et pesant chez ses parents elle ne se doute pas que cette traversée va devenir un voyage dans le temps avec un aiguillage têtu qui s'obstine à rester sur les souvenirs de sa vingtième année.

     Philippe son voisin de train en est la cause. Ils se sont connus et ont eu une liaison amoureuse 27 ans plus tôt. Leur relation s'est terminée par un fiasco lors d'un séjour à Londres.

    Ils se sont reconnus mais feignent le contraire tout en se préparant au cas où l'autre romprait le silence qui s'installe.

 

 

       Le lecteur ne connaîtra la raison de leur rupture qu'à l'arrivée du train en gare du Nord. Il va d'abord dans une alternance de chapitres et de voix écouter ces deux adultes exposer leur vie actuelle et leur version de ce séjour londonien en duo.

     J'ai aimé dans cette histoire le croisement de ces destinées: Philippe, est un jeune homme sûr de lui, monopolisant le devant de la scène, dégageant un magnétisme où viennent échouer les plus jolies filles. Cécile, adolescente au physique ordinaire, passe inaperçue. Le séjour à Londres et sa conclusion radicale donnent à Cécile l'impulsion pour se prendre en main et écraser la petite fourmi insignifiante à laquelle on la compare. Dans le même temps, Philippe va s'engager dans un chemin inverse et devenir, peu ou prou, ce qu'il est aujourd'hui, à presque 50 ans, un homme anodin et terne dont les traits et les ambitions se sont affaissées.

     Le début du livre s'égare un peu dans ces deux ego blessés et l'indifférence des deux voisins de banquette ne nous met pas à l'aise. Le déroulement de leur histoire commune attise notre curiosité mais ne révèle aucun fait exceptionnel.

      Jean-Philippe Blondel creuse dans la réflexion intime et fait jaillir les émotions refoulées. 06H41 aborde les évènements et les rencontres qui nous façonnent, nous nourrissent et font parfois bifurquer nos vies.

     

 

éditions Buchet-Chastel - janvier 2013-


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans roman français
commenter cet article

commentaires

Marie 11/05/2013 16:33

Il faudrait que je me décide à lire cet auteur !...

Fransoaz 12/05/2013 18:26



J'aurai du mal à te conseiller un titre en particulier et pas forcément celui-ci.



Margotte 17/04/2013 11:08

J'ai adoré, de cet auteur, le roman qui porte comme titre le numéro de sa salle de classe : un vrai régal !

Fransoaz 18/04/2013 12:09



L'enseignante que je suis ne s'est pas encore arrêtée devant la porte G229, une vraie lacune.



Isa 15/03/2013 13:57

Ce n'est pas mon préféré mais c'est toujours un plaisir de lire Blondel.

Fransoaz 21/03/2013 14:16



Pas de livres cultes mais des livres sympathiques, légers.



Malika 09/03/2013 19:17

Ca y est je l'ai lu !! Pas aussi enthousiaste que toi mais un bon petit moment de lecture quand même ... je pense qu'il ne m'en restera pas grand chose dans très peu de temps néanmoins !!

Fransoaz 13/03/2013 20:37



Idem que réponse ci-dessous, ma "critique" n'est pas en totale adéquation avec mon ressenti.


Des choses intéressantes mais pas sur toute la ligne (de chemin de fer évidemment).



Loo 03/03/2013 15:47

Je le vois partout sur les blogs celui-ci. J'aime beaucoup Philippe Blondel même si je n'ai lu qu'un livre de lui. Visiblement celui-ci plait bien à tout le monde.

Fransoaz 13/03/2013 20:35



J'ai lu quelques avis mitigés et pour ma part j'ai aimé certains pans de l'histoire mais sans être vraiment emballée. (J'ai sans doute fait une critique plus positive que mon ressenti!)



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier