Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 18:29

couv_auHasard.jpg

  

 

 

 

 

      Le livre numérique de Bruno Gaia s’articule en deux parties: la première est un court roman Intense navette et la seconde Mensonges sans ordre apparent regroupe cinq courtes nouvelles.


      Intense navette

      C’est la présence d’un malheureux cure-dent dans un fromage qui précipite Georges et Paul dans les affres du chômage. La vieille personne qui voulait en faire son repas a été asphyxiée par cet obstacle inattendu et sa petite fille, journaliste, en a fait tout un fromage accélérant la disparition de la petite entreprise où travaillaient Paul, chef du service-client et Georges, simple employé.

     Alors que cet incident professionnel fait sombrer Paul dans la dépression , il  propulse Georges vers un nouveau job et le fait grimper dans l’ascenseur social. Son poste de cadre commercial l’oblige à soigner son apparence physique et l’amène à fréquenter un club de fitness.

     Catherine, la femme de Paul, serveuse de métier, commence à se lasser de son mari dépressif, dont la libido est en chute libre et commence à regarder ses clients d’un œil neuf.

      Ces deux là vont, en plus de se rencontrer au bar, se fréquenter dans leur club de fitness. Catherine trompe Paul avec Georges puis finit par quitter le domicile conjugal.

     Juliette, la sœur de Paul, tel le bon samaritain, accourt pour remonter le moral de Paul, le remettre en selle puis l’aider à trouver du travail. Il dégotte un emploi de chauffeur de bus, accepte une réduction de salaire et conduit les usagers du centre ville à la zone périphérique où ils travaillent.

     Comme deux seaux dans un puits, Paul et Georges vont se croiser à plusieurs reprises -mais sans jamais se lier- au gré des fluctuations de leurs vies privées et professionnelles.


L’auteur

   Bruno Gaia est né en 1975, Au hasard est sa première œuvre publiée.

   Il commence à écrire dès l’enfance et, y voyant une relation des plus directes avec sa passion, se destine à une carrière d’enseignant dès le lycée.

   Les hasards de la vie lui font pourtant passer un diplôme de commerce et connaître de nombreuses expériences, souvent fructueuses, dans ce domaine pour payer ses études ultérieures. Il en gardera un intérêt aigu pour les choses du capitalisme, de la politique, et de la sociologie en général. 

Mon avis

 La lecture de Au hasard fut longue et laborieuse. La lecture sur écran n’est pas confortable et crée une distance avec les mots. Le livre en tant qu’objet m’a manqué.

   La plume de Bruno Gaia est caustique et acide. Il égratigne tout ce qui constitue notre société civilisée et pose un regard cynique sur les conventions socialement admises : le travail, l’argent, la consommation, le mariage… L’air de rien il épingle tous les travers, les futilités de notre quotidien. Pour étayer son propos, il choisit des personnages un peu falots, engoncés dans leur vie étroite et précaire et qui avancent dans l'existence comme des petits robots en faisant parfois un pas de travers ou un pas de trop.

   J'ai aimé cette histoire de destins croisés, ces personnalités qui se délitent ou se bonifient selon les aléas de la vie.

   Les digressions continuelles de l'auteur font partie de l’écriture et apportent une touche déjantée à un propos déjà bien décalé. Les notes de bas de pages sont dans le même esprit et renforcent l'humour et l’ironie bien présentes dans le récit.

 "Fitness : concept anglo-saxon désignant un instrument de torture physique pour ceux qui le pratiquent et de torture mentale pour ceux qui ne le pratiquent pas."

 "Open Space : système de management par l’organisation de l’espace de travail qui consiste à aligner des bureaux dans un espace sans murs (d’où le nom) afin que tous puissent voir si le collègue d’à côté lambine, histoire d’avoir la possibilité de le cafarder ; tout en sentant sans cesse le regard dudit collègue qui n’attend qu’une occasion pour faire de même… Ravissant, n’est-ce pas ?"


Je remercie les éditions EP & LA Arès et Thomas Dreneau pour l’envoi de ce livre.

LOGO_EP-LA_CMJN.jpg  - août 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans nouvelles
commenter cet article

commentaires

Thomas DRENEAU 03/01/2011 17:04


Bonjour,

Je remercie le responsable du blog pour cet article qui dépasse "l'inconvénient" que peut être le côté technique du livre électronique. Par contre, il faut savoir que désormais il existe, outre le
PDF, différents formats comme le e-pub adapté pour les liseuses ; ce qui permet de lire comme sur un livre papier - même si cela exige, je l'avoue, un investissement au départ.

Bien à vous,

Thomas Dreneau,
Directeur de la maison d'édition en ligne EP-LA


Fransoaz 05/01/2011 11:42



Bonjour et merci pour votre message.


On peut peut être penser que le prix des liseuses va baisser dans les mois à venir...


Nous sommes déjà nostalgiques du papier alors que la liseuse ne s'est pas encore généralisée.


Je pense qu'elle nous apportera aussi des satisfactions car elle semble être un outil très fonctionnel.



Marie 30/12/2010 11:58


Bon... avec toutes les tentations qui se sont accumulées dans ma pal suite au passage du Père Noël, je vais sans doute faire l'impasse sur ce titre ! ;-)


Fransoaz 01/01/2011 20:47



L'époque de Noël est particulièrement généreuse en lectures. Il faut faire du tri; en échange celui-ci ne prend pas de place sur les étagères!



Lily 29/12/2010 18:41


J'aime les livres que je peux tenir et feuilleter ... Les écrans m'assèchent les yeux et me font mal à la nuque. Donc vive le livre papier ! Je t'ai mis un com sous Purge que j'ai fini hier. A
bientôt Françoaz.


Fransoaz 29/12/2010 23:05



Nous sommes très contents d'avoir de bons outils informatiques mais le plaisir de la lecture est d'abord dans le livre-objet, pouvoir le toucher, le humer, le feuilleter...



Hathaway 29/12/2010 14:14


Pareil, une écriture qui me plairait, deux titres qui me tentent, ton résumé aussi mais la lecture sur écran me freine considérablement !


Fransoaz 29/12/2010 23:02



Ce livre c'est une centaine de pages: c'est très court sur papier et très long sur écran.


 



Malika 29/12/2010 09:52


Un article de blog est la longueur maximum que je puisse lre sur un écran !!!


Fransoaz 29/12/2010 23:00



Avis aux amateurs! Ne faites pas de trop longs billets, pensez à Malika!



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier