Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 20:30

 

en-avant-route.jpg      Une marche jubilatoire surtout pour le lecteur qui abandonne bien volontiers les ampoules aux pieds, les ronflements du voisin de dortoir et les chaussettes qui puent à l'auteure et à ses compagnons de randonnée

     Trois fois Alix de Saint-André descend sur le chemin de Compostelle. Son premier voyage débute à Saint Jean Pied de Port en été 2003. Elle ne s'est pas préparée à ce long périple  et est surprise que ce chemin ne soit pas une longue et lente méditation en solitaire! La deuxième fois elle rallie Saint Jacques de Compostelle en partant de la Corogne sur le chemin dit 'des anglais'. La troisième fois à l'automne 2007, elle fait, ce qu'on est tenté d'appeler, le vrai chemin car cette fois elle démarre des Pays de la Loire, le berceau familial.

"J'étais débarrassée de la peur de ne pas y arriver. Et de l'obsession d'arriver. 

Le suspense était ailleurs"

    

      On va la suivre sur des sentiers très triviaux où il est question de douches froides,  de l'organisation équilibrée du sac à dos, de l'apposition quotidienne du tampon de crédential (le carnet du pèlerin), du ravitaillement en sandwiches, bières et autres carburants et d'auberges aux portes fermées. Mais ce sont les rencontres, les échanges qui font le sel de ce défi personnel et lui donne son sens.

     Son premier voyage se fera sur fond d'irascibilité mêlée à de l'égoïsme. Elle aime autant qu'elle déteste Raquel la jeune femme qui chemine longtemps près d'elle puis en elle. C'est par culpabilité envers cette même Raquel qu'elle lui propose le second voyage, elle veut effacer la colère qui l'habite depuis sa première arrivée à St Jacques. Le troisième chemin sera celui de la maturité et de l'accomplissement.

     Pour le lecteur aussi, ce troisième voyage sera le plus riche, le plus passionnant. La marcheuse se dépouille, elle gagne en sobriété et s'affranchit de son individualisme. Sa marche, qui prend un caractère plus spirituel et religieux, est empreinte de sagesse et de  générosité.

     C'est pétillant, ironique, parfois grave, car Alix de Saint-André est rattrapée sur le chemin par des nouvelles accablantes qui concernent des proches ou par des souvenirs émouvants lorsqu'elle évoque son père décédé.

     Une grande complicité se crée entre l'auteure et le lecteur qui dépose son fardeau chaque soir avec autant d'impatience et de soulagement que la marcheuse.

 

Editions Gallimard/folio - juin 2011-


Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans roman français
commenter cet article

commentaires

Mior 13/09/2014 00:14

J'ai beaucoup aimé ce livre , j'adore le genre d'humour d'Alix de StAndré , elle me fait beaucoup rire ... Et puis je suis fascinée depuis longtemps par El Camino... Un jour peut-être !

Fransoaz 30/09/2014 18:54



C'est le seul livre que j'ai lu de cet auteur, mais il y a un autre qui m'attend. Elle ne se prend pas au sérieux la dame de St André et c'est ça que j'aime dans son récit, c'est pétillant!


Je te souhaite de réaliser un jour ton Chemin puis de venir nous en rendre compte!



praline 13/04/2014 00:43

Une lecture que j'avais apprécié, tout comme mes premiers pas sur ce chemin. Un jour, promis, j'irai jusqu'à Compostelle.

Fransoaz 17/04/2014 20:36



Ce doit être très émouvant de faire ses premiers pas sur ce chemin mythique et tout autant d'arriver à Compostelle. Je te souhaite d'aller un jour jusqu'au bout de ton projet.


Merci pour ton empreinte ici.



zazy 09/04/2014 21:21

Tu ne marches plus pareil. D'abord tu ne randonnes plus, tu baguenaudes la tête en l'air ou aux aguets. Tu fais silence si tu es avec d'autres lorsque tu arrives "sur zone"
La photo à prendre n'est pas là où tu pensais. Tu t'amuses autrement, mais le plaisir est présent. http://zazyphotos.over-blog.com

Fransoaz 09/04/2014 21:37



Merci beaucoup pour ta belle réponse... et tes belles photos. La 'baguenaude' à coup de photos m'inspire, je retiens!



zazy 08/04/2014 23:34

Non, Françoise, je marche et photographie

Fransoaz 09/04/2014 21:15



Je n'ai jamais le réflexe photo lorsque je randonne, il faudra que tu m'y inities; le guide de reconnaissance des oiseaux, par contre, souvent dans la poche.



zazy 05/04/2014 18:42

Je crois que je fais un blocage sur l'auteur que je n'ai pas ailleurs jamais lue.

Fransoaz 08/04/2014 19:14



Je vois bien de quoi il s'agit, je connais ce genre de refus pas toujours explicable.


Ca ne t'empêchera pas de marcher, j'imagine!



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier