Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 00:00

HOME.jpeg

   Home est l’histoire de Franck et de Cee, un frère et une sœur, unis par la misère de leur enfance entre l’indifférence des parents et la haine de la grand-mère. Franck veille inlassablement sur sa sœur, de quatre ans plus jeune, essuie ses larmes et panse ses plaies jusqu’à ce qu'il soit mobilisé et part combattre en Corée. Cee perd son soutien indéfectible, elle est livrée à elle-même. Elle se marie, est aussitôt abandonnée et après plusieurs jobs insatisfaisants échoue dans les griffes d’un médecin qui l’utilise comme cobaye pour ses expériences d’eugénisme.

   Ça fait maintenant un an que Franck est démobilisé. Jamais il ne s’est résolu à prendre le chemin de Lotus en Géorgie pour retrouver famille et voisins. Il ne se sent pas capable d’affronter le regard des familles de Mike et de Stuff, ses amis d’enfance, morts en Corée.

   « Venez vite. Elle mourra si vous tardez » la détresse et l’urgence de ce message remettent Franck sur la route du Sud. Cet appel au secours concerne Cee, Franck doit la retrouver et la sauver.

 

     Home, ma maison, notre maison, plus qu’un lieu, plus qu'un toit Home est un état d’esprit, un endroit où, réconcilié avec soi-même, on peut enfin construire un avenir. Home est ce but au bout du chemin tracé par des pieds souvent nus et meurtris de Franck. Pas une victoire, pas de banderole « Welcome » juste un apaisement, une respiration, un endroit pour se tenir debout.

 

     Un roman mesuré et concis qui peut tour à tour être sur la case blanche ou noire d’un damier, car c’est bien de couleur de peau qu'il s’agit. Dans les années 1950, aux Etats-Unis la ségrégation raciale semble être à son apogée. La population noire est humiliée, chassée, meurtrie, ignorée réduite à une sous population, à de "sous hommes" traités comme des bêtes. 

 

      Toni Morrisson n'est pas dans le réquisitoire ou la dénonciation. Elle déroule son roman au rythme des pas et des réminiscences de Franck. Le passé est entêtant et les images engrangées pendant son enfance en Géorgie puis pendant la guerre de Corée vont jusque créer des scènes de panique chez Franck. Mais la route du retour et de la rédemption est jalonnée de belles rencontres qui nous interdisent de désespérer de la nature humaine. La lente guérison de Cee est un moment très fort et très marquant. Plusieurs femmes de Lotus, sous la conduite d'Ethel, vont se relayer à son chevet pour réparer avec infiniment de maîtrise et de savoir-faire les blessures infligées par le Docteur Beau. La jeune femme est ébranlée dans ses convictions:"Elle (Cee) ne pouvait accéder à la colère - elle avait été tellement idiote, tellement désireuse de faire plaisir. Comme d'habitude, elle mettait sa bêtise sur le compte de son manque d'instruction, mais cette excuse s'écroulait dès l'instant où elle songeait aux femmes expertes qui s'étaient occupées d'elle et l'avaient guéries. Certaines devaient se faire lire des versets de la Bible faute de savoir elles-mêmes déchiffrer les caractères d'imprimerie; ainsi, elles avaient aiguisé les talents propres aux illettrés: mémoire parfaite, esprit photographique, sens aigu de l'odorat et de l'ouïe. Et elles savaient guérir ce qu'un médecin savant et criminel avait saccagé. Si ce n'était pas de l'instruction, alors qu'est-ce que c'était?"

    Un roman habilement construit qui préserve la force dramatique en mettant la survie des personnages au centre de l'histoire.


  Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Christine Laferrière

     éditions Christian Bourgeois - août 2012

 

    Je remercie Oliver et Price Minister.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie 11/05/2013 16:43

Ah, ce titre est également dans ma pal... Décidément, il faut que j'attaque cette pile avant qu'elle ne s'effondre sur moi ! ;-)

Fransoaz 12/05/2013 18:34



Tu as de très belles références de lecture qui t'attendent. Joncour pour la légèreté (quoique!) et Morrisson pour la profondeur et la puissance.



Amélie 25/04/2013 11:53

Il m'avait été recommandé par mon libraire, et je ne regrette pas le choix !

Fransoaz 25/04/2013 14:23



Il faut toujours faire confiance aux -bons- libraires, ceux qui ont compris que vendre de la qualité était plus judicieux que vendre tout court.



zazy 15/12/2012 22:31

Je l'ai commandé

Fransoaz 16/12/2012 19:17



Alors on en reparlera, tu as fais un bon choix!



Yv 18/11/2012 10:20

Non ce n'est pas que je n'aime pas être déstabilisé, au contraire. je ne souhaite pas non plus rester maître de l'histoire, j'aime bien me laisser embarquer. j'aime juste comprendre ce que je lis,
ce qui ne fut pas la cas avec ce livre de Toni Morrisson

Fransoaz 22/11/2012 10:39



Depuis,  j'ai lu d'autres avis qui vont dans le même sens que ton avis; un manque de clarté au début du livre qui gène pour comprendre qui est qui.



Malika 16/11/2012 14:26

Je suis passée à côté, le style de Toni Morrisson ne me parle pas !

Fransoaz 18/11/2012 10:04



Après le bémol de Yv, voici la première note discordante ... Tu n'aimes peut-être pas non plus le style élliptique.



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier