Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 12:04

le-compagnon.jpeg

  

 

 

     Septembre 1943, les alliés débarquent dans le sud de l’Italie. Un détachement de soldats italiens regroupés autour du lieutenant Cafiero attend calme et résigné le début de l’affrontement. Les ordres supérieurs du commandement n’arrivent pas jusqu'à cet endroit isolé. Malgré le manque de provisions et de munitions, le lieutenant enjoint ses hommes de se préparer pour l’assaut final.

«  - Que les hommes se préparent, reprend l’officier ; s’ils débarquent, ils doivent nous trouver à nos postes.

     Il s’éloigne et les hommes s’exécutent : ils graissent les armes, nettoient leurs godillots, sortent les grenades des caisses et les disposent dans les niches creusées dans le talus, contrôlent les chargeurs des mitraillettes, raccommodent leurs uniformes. 

     Certains se rasent. D’autres écrivent à leurs familles. L’officier passe parmi eux sans un mot : les soldats lèvent la tête et le regardent. C’est le crépuscule. Le rocher rougeoie dans les derniers feux du soleil d’automne, le miroir de la mer entre Scylla et Charybde est pur, d’un gris bleuté déjà nocturne. »

     La nuit ne s’est pas encore dissipée lorsque l’armée anglaise prend possession des terres italiennes en débarquant par la pointe sud où sont postés les hommes de Cafiero. Avant de tomber sous les balles le lieutenant demande à son ordonnance, le chasseur alpin Calusia, une ultime requête : celle de ramener son corps à Naples auprès de sa famille.

     Commence alors pour Calusia et son âne Roméo un périple à travers l’Italie dévastée et hagarde. Les rencontres avec Concetta, la jeune orpheline, ou plus tard avec Mariagiulia, la solide veuve ne vont à aucun moment, ni contrarier sa promesse ni le détourner de ses engagements.

 

    Curzio Malaparte est né en Toscane en 1898, il meurt à Rome en 1957. Il a commencé l’écriture de ce livre en 1946 et l’a repris en 1956. Tous les livres de Malaparte transcrivent « les aventures tourmentées d’un Italien dans le siècle et les sentiments mêlés voire contradictoires, que lui inspire la mère patrie. »


  Le compagnon de voyage revient sur un épisode historique : la guerre civile entre l’Italie du Sud qui soutient les alliés et celle du Nord fasciste. C’est cette situation chaotique qui sert de décor à ce court roman. Calusia transporte le corps de son lieutenant sur les chemins d’un pays dévasté, il croise des réfugiés errants et affamés.

   L’écriture est poétique, d’une grande simplicité et d’une grande justesse à l’image de Calusia, cet homme sobre, généreux, courageux et dévoué. Le personnage un peu fruste du début laisse place à un esprit fin et sensible. Calusia incarne l’espoir du peuple italien, l’espoir de réconciliation et de paix.

Folio-septembre 2010


  Merci B-O-B. pour ce premier partenariat.bob 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans roman étranger
commenter cet article

commentaires

mireille 18/09/2014 20:41

Le compagnon a été un livre coup de cœur.

Fransoaz 30/09/2014 22:08



J'ai un très bon souvenir de ce périple extrêmement éprouvant mais éclairé par les rencontres que fait cet étrange voyageur.



unepauselivre 01/03/2012 11:12

Oui je suis un peu comme toi. Mais c'est souvent des livres comme celui-ci qui nous incite à en savoir plus.

Fransoaz 01/03/2012 16:55



La lecture (de romans), le meilleur moyen de se cultiver avec plaisir!



unepauselivre 25/02/2012 11:09

Je l'ai lu et j'ai beaucoup aimé le style de l'auteur. Les personnages incarne beaucoup de choses, la description des événements est très bien retranscrite.

Fransoaz 01/03/2012 11:02



J'avais aimé relire certains passages et réfléchir à ce personnage central et à sa symbolique.


J'aime découvrir des pans d'histoire de cette manière même si parfois mon manque de connaissances me déstabilise en début de lecture.



Le Fustec Mireille 09/07/2011 18:51


Je crois l'avoir lu ,il y a longtemps. En revanche,je suis sûre de Kaputt et La pelle (la peau),tous les deux très appréciés


Fransoaz 10/07/2011 11:03



"La peau" est le plus connu je pense. Je n'ai pour l'instant rien lu de plus de cet auteur.


Par contre j'ai découvert sa bibliographie, un homme qui n'était pas à un paradoxe prêt!


Bon dimanche!



Alex-Mot-à-Mots 17/01/2011 15:59


Voilà un auteur que je n'apprécie pas particulièrement, bien qu'il y ait fort longtemps que je ne l'ai pas lu. Peut-être ce roman me reconciliera avec lui.


Fransoaz 20/01/2011 10:01



J'ai aimé son écriture naturelle et sans excès.



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier