Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 11:13

le pain des reves

     Louis Guilloux nait à Saint Brieuc en 1899 dans un milieu pauvre où se pose chaque jour le souci des repas et du logement. Il se nourrit de littérature dès son plus jeune âge: Dostoïevski , Rousseau et aussi Pierre Loti, Tristan Corbière, il bénéficie d'une bourse pour entrer au lycée. Pour être en phase avec ses convictions,  il refuse plus tard cette bourse et accepte un travail de surveillant. La rencontre et l'amitié de Georges Palante professeur de philosophie est déterminante dans la vie de Guilloux. Il devient un écrivain militant qui prône le progrès d'une conscience sociale pour cheminer vers plus de liberté. 

    Toute son oeuvre est  influencée par son enfance, son amour du pays et les valeurs sociales et militantes qu'il défend.

      Le pain des rêves, récit en partie autobibliographique, est écrit en 1942 et reçoit le prix populiste. Il est adapté pour la télévision en 1974.

 

     Au début du 20ème siècle, la rue du Tonneau à Saint Brieuc est une rue mal famée où la misère et la pauvreté suintent par les pierres disjointes des maisons. C'est dans une ancienne écurie que vit le jeune narrateur avec ses frères, dont Pélo lourdement handicapé, sa mère et son grand père, qui par son travail de tailleur fait vivre toute la famille et remplace le père disparu mystérieusement.

     La mort du grand-père marque un tournant dans la vie de cette famille qui attire soudainement les services sociaux de la ville. Elle est relogée dans un petit appartement, le comble de la modernité aux yeux de l'enfant. Pélo, "le petit béquillard" est pris en charge par une comtesse et envoyé dans un sanatorium pour être soigné. La cousine Zabelle rentrée au pays avec le pauvre Michel son mari et Le Moco , son amant, renoue avec la famille. Cette personne frivole et impulsive accueille le jeune narrateur et lui fait découvrir une existence de luxe, de légèreté et d'arts mondains.

 

  Le gamin qui nous livre ses impressions, ses observations ne s'attarde pas sur la misère et la pauvreté, la crasse et l'ennui qui sévissent au début du XXème dans la rue du Tonneau. Le texte est lumineux, drôle et tout auréolé des rêves de l'enfant. Louis Guilloux utilise son talent de conteur pour faire vivre la place aux ours, son activité grouillante et bruyante. Il pose un regard émerveillé et curieux sur tout ce qui bouge et s'agite autour de lui. L'enfant se forge déjà une conscience clairvoyante des disparités entre les classes sociales et rêve d'un monde plus juste.

   "- Ah! si j'étais le roi!

Ainsi pensais-je, en rentrant à notre écurie, après la classe...

Roi, le Bonheur était mon ministre!

La paix eût partout régné. Nul n'aurait plus tremblé pour sa paillasse ou pour sa marmite...

   Au plan d'embellissement de la ville comme j'eusse travaillé! Mon règne, c'était une fête. Les riches n'étaient plus nos ennemis. J'avais converti leurs coeurs. Enfin! Enfin! Nous nous aimions! Ils ne parlaient plus de nous comme d'un opprobre, notre quartier n'était plus une verrue... Nous étions tous des hommes."

    Le pain des rêves est un très beau livre sur l'enfance; il dit l'amour, la générosité, le courage...tout ce qui constitue le luxe des pauvres.

 

Lecture commune avec Mango.

 

  Folio -1977.


Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans roman français
commenter cet article

commentaires

Une Comete 23/05/2012 08:34

ton billet me tente beaucoup. Je note :) Bonne journée.

Fransoaz 28/05/2012 21:05



Je serais ravie que tu te laisses tenter par l'oeuvre de Louis Guilloux.



amaryllis 21/05/2012 08:33

Je ne connais pas du tout. C'est bien de découvrir des auteurs et des livres ainsi. Le titre est très beau, ça donne envie.

Fransoaz 21/05/2012 22:04



Tu as raison de souligner le titre qui est très évocateur car ici les rêves remplacent et font parfois oublier les ventres vides.



keisha 19/05/2012 08:07

Pfff je ne lis pas que du nature writing (mais j'avoue que...)

Fransoaz 19/05/2012 10:48



Bien sûr que non! Tes goûts sont très éclectiques et c'est pour ça que je vais me servir chez toi.



keisha 18/05/2012 13:55

repéré grâce à ys, présent à la bibli, alors...

Fransoaz 18/05/2012 22:32



Un jour viendra où c'est ce livre là - et pas un nature writing- qui te tendras les bras; alors tu craqueras!



Mango 18/05/2012 12:23

Ah que j'ai hâte de le lire! J'en connais déjà des passages
très attachants mais je confonds peut-être avec "le sang noir", un autre très beau livre de l'auteur. Je suis bien d'accord avec toi: Louis Guilloux mériterait d'être bien mieux connu mais il n'est
pas facile de trouver tous ses livres en Poche. Je n'ai toujours pas le mien!

Fransoaz 18/05/2012 22:27



Je vais me procurer d'autres livres de cet auteur dont bien sûr La maison du peuple que tu as aimé. Je fus surprise il y a quelques années de
trouver dans la maison de mes parents des livres (très usagés) de cet auteur, ce n'est que maintenant que je fais le lien et je ne sais qui les lisais. Un auteur peut-être plus lu que je ne le
pensais, je mène l'enquête...



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier