Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 10:28

jacques-bertin.jpeg

J'étais l'enfant qui courait moins vite
J'étais l'enfant qui se croyait moins beau
Je vivais déjà dans les pages vides
Où je cherchais des sources d'eaux

J'étais celui à l'épaule d'une ombre
Qui s'appuyait, qu'on retrouvait dormant
Je connaissais les voix qui, dans les Dombes,
Nidifient sous les mille étangs

Je fus plus tard l'adolescent qu'on moque
Au regard vain dans la ville égaré
L'homme qui campe à l'écart de l'époque
Tisonnant ses doutes pour s'y chauffer

Je suis monté au lac des solitudes
 Dans l'écrin gris des charmes sans raison
Où des airs vieux palpitaient sous la lune
J'aurai laissé des chairs aux ronces, des chansons

La note basse des monts, les absences
Les émeraudes du val interdit
Toutes les belles ruines du silence
Tout ce qui ne sera pas dit !

Si jamais tu t'accroches à ma légende
Il faut que tu t'en remettes à mon mal
Ne trahis pas, vois la plaie où s'épanche
Tout un monde animal

 

L'enfant muet s'est réfugié dans l'homme
Il écoute la pluie sur les toits bleus
Les cœurs sont effondrés, le clocher sonne
Que faire sans toi quand il pleut ?

Ma vie ne fut que cet échec du rêve
Je ne brûle plus, non : ce sont mes liens
Les sabots des armées m'ont piétiné sans trêve

J'écris dans le ciel vide et vous n'y lirez rien

 

 

 

 

             Jacques Bertin nous a réchauffé de ses mots, il a dompté le souffle du vent et apaisé le crépitement de la pluie avec la force de ses textes et la puissance de sa voix.

Une belle et douce soirée au festival:

moi les mots


 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans spectacle
commenter cet article

commentaires

claudialucia 22/12/2011 15:32

Très beau poème et émouvant. Nostalgie et pessimisme de la fin !

Fransoaz 28/12/2011 17:28



Il y a beaucoup de tristesse et de découragement dans ces mots.



Mango 19/12/2011 10:58

Eh bien, voici un poète que je découvre et qui me plaît. Je vais continuer à le lire. Merci.
PS, Totalement d'accord pour la lecture commune de Louis Guilloux:"Le pain noir", le samedi 12 mai!

Fransoaz 21/12/2011 12:38



L'adresse du site pour mieux le connaître ou le redécouvrir:


http://velen.chez-alice.fr/bertin/index1.htm


Je suis contente de replonger bientôt dans la litté de L. Guilloux. Il s'agit de Le pain des rêves mais il sera sans doute plus noir que blanc!



krol 18/12/2011 18:34

Jolie voix pour un joli texte.

Fransoaz 21/12/2011 12:33



Je ne me lasse pas de l'écouter.



Mireille 15/12/2011 13:05

Tu l'as enfin entendu ton chouchou !
Ravie qu'il soit encore à la hauteur de ton attente.
Avais-tu reçu le C.D. ?

Fransoaz 15/12/2011 13:29



C'est vrai que je t'avais cassé les pieds avec la recherche de ce disque.


Je l'avais reçu en temps et en heure et ai pu m'en imprégner avant le spectacle.



Gwenaelle 15/12/2011 10:42

Le ciel vide? Eh bien, pas ici en tout cas... ;-) Je blague mais j'aime beaucoup ce poème et tu me donnes envie de découvrir davantage l'auteur.

Fransoaz 15/12/2011 12:15



Un ciel bas et lourd, l'explosion menace ici aussi...


Ecoute Bertin, il pourrait bien t'inspirer.


 


 



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier