Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 11:38

 

le-sang-la-mer.jpeg

 

     Hérodiane, une jeune fille de 17 ans arrive, à la mort de ses parents, vivre à Port au Prince. Elle est accompagnée d’ Estevèl son frère aîné qui a juré à sa mère agonisante de prendre soin de sa petite sœur. Leur père, à la suite d’une horrible machination, s’est retrouvé privé de ses terres. C’est sans un sou en poche que les deux jeunes gens arrivent dans la grande ville. Ils louent un misérable logement sur les hauteurs de port au Prince le paradi et côtoient la pauvreté et la saleté au quotidien.

     Monsieur Wilson, peintre reconnu et ami d’ Estevèl va permettre à Hérodiane de s’inscrire dans une école et de continuer à s’adonner à ses passions : les livres, la lecture et l’écriture.

     Hérodiane va découvrir avec stupeur et colère la nature des liens qui unit les deux hommes. Elle fugue pour mettre de la distance entre son frère et elle, pour tenir la vérité trop choquante à l’écart. C’est dans cet état d’esprit, hagarde et bouleversée qu’elle rencontre Yvan, le riche mulâtre, qu’elle accueille comme le prince charmant de ses rêves.

 

     Gary Victor sculpte l’ébène précieux pour révéler le portrait sublime d’Hérodiane : une jeune fille belle et harmonieuse. Il y ajoute des blocs d’énergie, de résistance et d’intelligence afin qu’elle puisse supporter la misère des taudis, la noirceur des hommes.

    C’est dans les flots salés, dans les vagues dévastatrices et les coquillages blancs qu’il va édifier le personnage d’Esterèl, le grand frère protecteur et mystérieux.

     Ce livre m’a pris par la main et m’a fait voyager dans les ghettos de Port au Prince là où sévit l'extrême dénuement d'une frange de la population délaissée par les pouvoirs publics. Rapines, prostitution, boulots à la sauvette sont les seules clefs de leur survie. La poésie du récit, la beauté rayonnante d’Hérodiane et le surnaturel qui habite Estevèl « l’homme sirène » ont eu raison de mes réticences à embarquer à bord d'une histoire sombre, dramatique mais lumineuse.

 

éditions Vents d'ailleurs - septembre 2010 -

 

Merci Clara pour le merveilleux de ce roman.

L'avis d'Yv qui considère ce livre comme l'un des meilleurs de 2010.

Ce livre est en lice pour le prix du Télégramme.

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> Je l'ai bien reçu !<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> J'espère que tu aimeras (ou a aimé) cette histoire et cette écriture.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Oups !!! Il y a eu un petit bug je crois ...ce commentaire n'était pas sensé arivé chez toi !!!<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Même pour un bug tu seras toujours la bienvenue!<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> J'ai été emportée par ce roman mais surtout par la plume de l'auteur. Les auteurs caribéens ont une manière peu commune de manier la langue française.<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> J'ai aussi aimé l'originalité de l'écriture, mais c'est le personnage d'Hérodiane qui m'a emporté.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> J'avais bien aimé "La gauchère" de Leslie Bedos, les thèmes ont l'air similaire. Celui ci devrait me plaire aussi.<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Deuxième fois en deux jours que l'on me parle de Leslie Bedos... Je vais m'y intéresser!<br /> <br /> <br /> <br />
Y
<br /> J'en rajoute un peu encore, oui, pour moi, c'est l'un des meilleurs romans que j'ai lus en 2010. Je trouve les personnages très beaux très forts et le contexte, malgré la pauvreté, la dureté de la<br /> vie en Haïti, formidable. Gary Victor a une très jolie plume.<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Un livre qui mérite le rajout d'une nouvelle couche.<br /> <br /> <br /> Je vais faire des recherches pour d'autres titres de cet auteur.<br /> <br /> <br /> <br />