Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 13:06

verveine.jpeg

Le vase où meurt cette verveine
D'un coup d'éventail fut fêlé ;
Le coup dut l'effleurer à peine :
Aucun bruit ne l'a révélé.

     Zika et Joseph sont mariés depuis cinquante six ans et coulent une vie paisible et douce puisant leur énergie dans la force de leur amour réciproque. Leur fille, Isabelle, célibataire sans enfant vit à Paris. Gauthier, le fils, vit à Monfort avec Joëlle, maman de Thomas 15 ans, né d'une précédente union et avec leur fille Rosalia 5 ans.

     Sa santé chancelante oblige Zika à se séparer de son époux et à venir vivre avec sa fille Isabelle à Paris pour se rapprocher des meilleurs spécialistes en cardiologie. Le logement de Isabelle est trop exigu pour accueillir Joseph qui demeurera chez Gauthier et Joëlle.

     Cette séparation inédite, la première pour ce couple fusionnel, crée une liaison épistolaire entre les deux septuagénaires. Ils se languissent l'un de l'autre, essaient en vain d'occuper leur temps et leur esprit en réalisant quelques tâches domestiques. Mais l'ennui et le manque du compagnon creusent et altèrent leur moral surtout que la séparation qui devait être provisoire s'éternise.


Mais la légère meurtrissure,
Mordant le cristal chaque jour,
D'une marche invisible et sûre,
En a fait lentement le tour.

 

    Cette séparation va être le révélateur des failles de la famille. Isabelle va tenter de conquérir le coeur de sa mère en ressassant ses frustrations d'enfant délaissée. Elle considère que la dévotion aveugle de ses parents l'a privée de l'amour maternel.  Elle est déterminée à exiger des dédommagements d'affection et de tendresse maintenant qu'elle a sa maman rien que pour elle. 

Son eau fraîche a fui goutte à goutte,
Le suc des fleurs s'est épuisé ;
Personne encore ne s'en doute,
N'y touchez pas, il est brisé.

      Joseph  s'inquiète de l'atmosphère pesante qui règne dans le couple formé par son fils et sa belle-fille. Leur relation semble se déliter dans la cadence effrénée du quotidien et les absences prolongées de Gauthier. La tension est vive entre les adultes et seuls les petits-enfants complices du grand-père apportent la candeur et la spontanéité de leur jeunesse.

Souvent aussi la main qu'on aime,
Effleurant le cœur, le meurtrit ;
Puis le cœur se fend de lui-même,
La fleur de son amour périt ;

 

     Frédérique Martin aborde le thème des malentendus générationnels et des rôles inversés quand les enfants doivent prendre en charge les parents vieillissants. Elle dresse le portrait idéalisé du couple et de la passion infinie qui se perpétue jour après jour. Elle surprend le lecteur en poussant au paroxysme l'hostilité de cette femme âgée pour sa fille vindicative. Le malaise étreint le lecteur opressé qui ne peut croire à ce qu'il lit.

      Avec à propos, l'auteure emprunte à Sully Prudhomme la métaphore de ce plant de verveine qui, laissant sourdre l'eau, ne peut plus se redresser et finit par mourir. 

Toujours intact aux yeux du monde,
Il sent croître et pleurer tout bas
Sa blessure fine et profonde ;
Il est brisé, n'y touchez pas.

Sully Prudhomme, Stances et Poèmes, Le Vase brisé 1865.

 

     Attention: histoire fracassante qui peut provoquer un ressac très violent chez le lecteur. Cette tempête m'a bousculée et laissée sans forces sur le rivage! A découvrir à la prochaine grande marée.

 

Le billet de Anne.

 

 

éditions Belfond- avril 2012

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans roman français
commenter cet article

commentaires

Marie 11/05/2013 16:38

J'aime ces thèmes... J'ai l'impression (enfin j'espère) que l'on essaie de revenir en arrière par rapport aux idées barbares nées ces dernières décennies consistant à "mettre à la poubelle" les
personnes âgées dans des maisons de retraite. Nous avons besoin du contact avec toutes les générations des plus âgées au plus jeunes...

Fransoaz 12/05/2013 18:31



Je suis d'accord avec toi mais il y a encore beaucoup à faire pour contrecarrer l'exclusion des vieux. J'applaudis tous les projets inter-générationnels qui naissent!



Peyre 26/01/2013 16:31

Belle écriture précieuse mais contenu psychologique rudimentaire. Le véritable personnage souffrant est cette fille dont on s'accommode bien rapidement de la disparition. Son égoïste mère, à aucun
moment, ne semble se remettre en cause. Quant au choix du fils, c'est cousu de fil blanc et on s'en doute dès le début. De l'élégance et des facilités d'écriture qui masquent la superficialité de
l'ensemble. Décevant.

Fransoaz 27/01/2013 17:57



Le personnage de la mère apparaît peu à peu dans toute son ignominie. Sa pauvre fille en fait les frais de la plus cruelle des façons.


Je partage votre avis sur la belle écriture de Frédérique Martin, je n'ai pas été déçue par ce roman et ai trouvé que la psychologie des personnages était plutôt fouillée.


Merci de votre passage et commentaire ici.



Violette 30/12/2012 11:58

voilà un livre bien intrigant!

Fransoaz 04/01/2013 21:57



C'est du costaud et de l'inattendu!



alain 29/12/2012 16:58

Très tentant ce roman.

Fransoaz 04/01/2013 21:54



C'est vrai un titre, une histoire, un style qui interpellent.



Isa 23/12/2012 20:13

Je garde cette lecture dans un coin de ma tête mais elle sera pour plus tard.

Fransoaz 26/12/2012 14:54



Je sais que la verveine n'est pas ta boisson préférée mais la puissance de celle-ci pourrait cependant te plaire!



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier