Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 18:29

les-chagrins.jpeg

 

 

 

     Le portrait que l’on se fait d’Helena est un portrait en creux tracé par Mila sa mère, Angèle sa fille, Victor, un ami journaliste et Tom, le père d’Angèle.

      Helena est jeune lorsque par amour pour Tom elle se trouve mêlée au braquage d’une bijouterie. Tom réussit à échapper à la justice, mais Helena doit purger plusieurs années de détention à la prison de la petite Roquette.

      Une petite fille Angèle naît en captivité et est confiée à Mila la grand-mère. Cette grand-mère aimante fera tout son possible pour que se tissent des liens entre sa petite fille et l’absente.

      A sa sortie de prison, Angèle retourne vivre auprès de sa mère. Mais le départ outre-atlantique de Tom, épris de musique et de saxophone a cassé le ressort qui aidait Helena à espérer. La promesse d’une vie amoureuse à deux s’envole ; Helena ne trouve rien pour compenser.

      A la mort d’Helena, Angèle trouve des lettres et une coupure de journal conservées par sa mère. C’est le début de sa quête pour chercher à comprendre qui fût sa maman et reconstituer le puzzle de sa vie faite de renoncement.


 

    Le premier roman de Judith Perrignon, journaliste de profession, est un roman à plusieurs voix. Toutes ces voix disent Helena, ses souffrances, sa solitude.

     J’ai été bouleversée par le cri du cœur d’Angèle qui voudrait comprendre pourquoi sa mère froide et distante est restée en marge de sa vie. J’ai été sensible à la tendresse de Mila, la grand-mère qui écrit sans relâche à sa fille détenue. Elle lui raconte les premières dents, les premiers pas d’Angèle mais ne reçoit pas de réponses. J’ai été émue par la voix de Victor Valbon, le journaliste aveugle :

 « Il y a longtemps maintenant que je suis vieux, j’ai l’habitude, j’ai regardé grandir mon âge dans le journal. D’abord j’ai été plus vieux que les champions de tennis, ensuite j’ai doublé les belles gueules du cinéma, un jour j’ai rattrapé les ministres, et maintenant je suis plus vieux que mon père. »

Il accueille Angèle et ses questions avec sympathie; il allège ainsi le poids du secret qu'il détient. Il la prend sous son aile et la réconforte comme pour se libérer de la culpabilité qu’il ressent envers son fils, loin de lui aujourd’hui, qui lui reprochait ses nombreuses absences professionnelles.

     Une histoire prenante qui aborde une quête filiale angoissante et vertigineuse, une grande histoire d’amour incomprise et qui ne peut s’écrire. Une écriture intime, directe et d'une grande simplicité.

 

Stock-août 2010 


       La lecture de ce livre était une lecture commune avec Griotte.

       Merci Hélène  pour ce livre-voyageur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans roman français
commenter cet article

commentaires

Jostein 22/03/2011 12:33


Il est dans ma liste à lire et ton avis me donne envie de le passer dans les priorités.


Fransoaz 24/03/2011 12:30



Certains lecteurs l'ont trouvé trop triste mais cet aspect indéniable du roman ne m'a pas dérangé.



Anne 28/12/2010 20:13


J'ai beaucoup aimé ce livre, tu en as fait un beau billet ! J'ai apprécié notamment l'écriture qui protège les secrets et les blessures des personnages.


Fransoaz 29/12/2010 22:49



Bienvenue ici Anne.


Je suis contente d'entendre du positif sur ce livre.



Hélène 21/12/2010 12:17


Un lecture un peu trop triste pour moi...


Fransoaz 24/12/2010 15:37



de la tristesse et du gâchis.



Ginette 21/12/2010 11:49


Bonjour
Les 1200 recettes issues de «LA CUISINE POUR TOUS» le livre de Ginette Mathiot paru en 1955, sont rassemblées sur un site parfaitement désintéressé: http://WWW.SAPIDE.FR
Merci d’y jeter un coup d’œil et de le faire connaître si vous le jugez utile.
Bien à vous
G.


Fransoaz 24/12/2010 15:36



Merci pour le lien, ce livre me fut utile les premières fois où je sortis les casseroles...


Je regarde ça de près.



Anatole dit Boulie Bouffetout 20/12/2010 17:38


Passionnant ces lectures communes...
Une lecture, deux ressentis !
Boulie


Fransoaz 20/12/2010 22:27



C'était ma première "lecture commune". C'est sympa de lever le voile au même moment.



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier