Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 11:27

chaussures-italiennes.jpeg

 

 

  La Suède solitaire et glaciale

 

      Un chirurgien doit prendre une retraite anticipée à la suite d’une erreur  médicale non assumée. Il se retranche sur une petite île de la mer Baltique. Les visites régulières du facteur, les bains quotidiens dans la glace et la compagnie de son chien et de son chat rythment et ordonnent sa vie de reclus. « Je descends dans mon trou noir pour sentir que je suis encore en vie. Après le bain, c'est comme si la solitude refluait un peu. Un jour, je mourrai peut-être sous le choc du froid. J'ai pied là où je m'immerge; je ne disparaîtrai donc pas sous la glace, je resterai debout dans le trou d'eau, qui regèlera rapidement autour de moi, et c'est Jansson qui me découvrira. Jansson est le type qui distribue le courrier par ici, sur les îles. »

 Le retour inopiné dans sa vie d’un amour de jeunesse va bouleverser cette routine bien établie. Harriet est là pour lui demander d’accéder à la promesse faite autrefois et pour lui confier un grand secret.

   C’est un roman sur la solitude, le déclin et la mort. Mais c’est surtout la renaissance et la rédemption de cet homme brisé et déchu qui éclatent dans ce roman. La venue d’Harriet va être l’élément déclencheur de sa nouvelle vie. Il va retrouver le goût  de l’altérité et rétablir une vie sociale.

   L’écriture est simple, sobre, sans fioritures, les références à la nature et au climat omniprésentes : «  Il y a une mélancolie particulière qui accompagne le départ des oiseaux migrateurs. L’envers exact de la joie qu’on éprouve à leur retour au printemps. L’automne refermait son livre, l’hiver approchait de jour en jour. »

Certaines scènes sont jubilatoires comme celle qui mentionne la prise de mesures par le cordonnier, véritable orfèvre : deux heures de mesures pour fabriquer des chaussures uniques et de qualité supérieure (seule référence au titre abusif du livre) ou aussi la lente et inexorable  invasion des fourmis dans la pièce principale mais inoccupée de la maison.

     Un roman inattendu de Henning Mankell, à découvrir.

 

Le seuil – octobre 2009

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
<br /> Bonjour, ce n'est pas mon préféré de Mankell, j'ai une préférence pour "Profondeurs". Bonne journée.<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Merci pour cette référence. Je lirai d'abord " l'homme inquiet" et chercherai "profondeurs" ensuite.<br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> Il faudra que ce lise ce livre car :<br /> deux heures de mesures pour fabriquer des chaussures uniques et de qualité supérieure (seule référence au titre abusif du livre)<br /> me paraît très abusif.......J'ai travaillé 43 ans dans la chaussure dont 25 dans le haut luxe alors....<br /> A bientôt.<br /> Yvon<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Je pense que tu vas doublement te régaler avec ce paragraphe.<br /> <br /> <br /> <br />
V
<br /> J'ai connu henkell grâce à la série TV Wallender car j'adore Kenneth Brannagh. Les Chaussures italiennes sont en haut de ma PAL, lecture prévue pour fin octobre.<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> Très bon choix avant les rigueurs hivernales!<br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> Pour mon premier passage ici je suis content d'y trouver ce roman que j'ai beaucoup aimé et chroniqué il y a quelques mois<br /> c'est un plaisir de découvrir un nouveau blog donc à bientôt chez vous ou chez moi<br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> C'est sympa d'accueillir un nouveau blog de cette manière... On pourrait penser que celui-ci serait juste un de plus!<br /> <br /> <br />   Je file voir vos chaussures italiennes.<br /> <br /> <br /> <br />
R
<br /> Mankell est un romancier que j'adore ! J'ai découvert le roman policier grâce à sa série sur Wallander.<br /> Et en plus, quand il écrit des romans comme "Les chaussures italiennes", il devient presque génial !<br /> <br /> <br />
Répondre