Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 11:47

 

marées 2

 

 

 

 

 

 

      Line abdique lorsqu’elle apprend que son cancer du sein entre dans une phase fulgurante et développe des métastases dans plusieurs organes. Elle ne veut pas subir une nouvelle opération chirurgicale, elle ne veut plus se battre, elle veut qu’on la laisse mourir.

     Pour répondre au désir ultime de sa femme, Jacques ramène Line en Bretagne. Elle va passer les derniers mois de sa vie au  presbytère cette vieille et belle maison de pêcheurs nichée au creux de la dune à Roscoff. Il lui reste trois mois pour dire adieu à ceux qu’elle aime, pour visiter les lieux qu’elle vénère.

  Mais puisque le compte à rebours de la vie de Line est enclenché ses amis vont agir afin de tenter de retrouver Nicolas, le fils unique de Jacques et de Line.

     Après une jeunesse harmonieuse, Nicolas se rebelle, renie la vie calme et tranquille de ses parents et s’enfuit à bord d’un pétrolier. Il donne de ses nouvelles régulièrement pendant la première année puis, les cartes s’espacent jusqu’à la dernière qui se termine sur ces mots laconiques et mystérieux  « enfin l’Inde ! » La volatilisation de Nicolas sur le continent asiatique est la croix que porte le couple au quotidien. Et si Line capitule devant l’avancée inéluctable de son cancer c’est aussi parce que l’absence de Nicolas est insupportable pour elle.


     L’histoire poignante de cette fin de vie aurait dû me bouleverser…

     L’écriture de Louis Pouliquen n’a pas fonctionné et n’a pas ouvert les vannes de ma sensibilité. J’ai trouvé que Jacques, le mari de Line, qui est ici le narrateur, gardait beaucoup de distance, une certaine froideur et un manque d’empathie. Etait-ce pour se protéger, pour ne pas sombrer dans le désespoir et pour trouver la force d’accompagner Line jusqu’à la lisière de la vie?

     Je n’ai pas compris pourquoi l’auteur ne donnait pas la parole à Line ; le portrait qu’il en fait est celui d’une femme impassible, impénétrable et assez égocentrique. Elle a fait le choix de nier sa maladie et se comporte comme si tout allait bien, elle oblige son mari à feindre et à mentir. Le mari apparaît ici comme quelqu’un de faible et assez insignifiant, écrasé par la personnalité de sa femme.

     Le thème de la maladie et de la mort associé à un retour en Bretagne est aussi celui de  Fleurs de tempête de Philippe Guillou. Ce recueil admirable et sobre m’avait émue et remuée.

Coop Breizh- septembre 2007 

Merci Griotte pour le prêt d'un de tes coups de coeur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans roman français
commenter cet article

commentaires

Eireann Yvon 04/12/2010 14:27


J'ai beaucoup aimé ce livre lu il y a plusieurs années maintenant. Personnellement, j’apprécie beaucoup l'écriture de Louis Pouliquen, ainsi que l'auteur qui est un homme d'une grande courtoisie
que je rencontre toujours avec énormément de plaisir.
A bientôt.
Yvon


Fransoaz 07/12/2010 19:18



Celui là aussi tu le connais?


Je ne doute pas que ce soit un homme sympathique!



Griotte 02/12/2010 17:51


Ah on ne peut pas tout aimer ! J'ai aussi lu "La maison de l'île", que j'avais apprécié également !
Tu peux le prêter à Sylire si elle veut tenter de le lire !

PS: j'ai emprunté "Les chagrins" à la bibli !


Fransoaz 04/12/2010 13:52



Un auteur qui n'est pas pour moi, je pense.


Peut-être qu'avec "les chagrins" on aura des avis plus proches!



Marie 02/12/2010 13:51


Je n'ai jamais lu cet auteur mais visiblement, il vaut mieux ne pas commencer par ce titre...


Fransoaz 02/12/2010 15:51



C'est la première fois que je lisais un livre de Louis Pouliquen, j'aurai du mal à retourner vers lui maintenant.



Boulie 02/12/2010 12:16


Bah dis donc c'est gai chez toi...
J'ai envie de te dire non merci en fait, surtout vu ta critique.
Un livre gai la prochaine fois ?


Fransoaz 02/12/2010 15:46



Bien sûr! je suis en train de lire "les chagrins" de Perrignon!



Malika 02/12/2010 09:43


J'avoue ne pas avoir accroché avec Mon grenier en Bretagne, alors je ne vais pas tenter celui ci ...surtout après avoir lu ton billet !


Fransoaz 02/12/2010 15:45



Je n'ai pas lu "le grenier..." mais ne suis pas attiré par cet auteur. Maintenant je le sais!



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier