Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 09:49

ou-j-ai-laisse-mon-ame.jpeg

     Enrôlés dans la guerre d’Indochine par l’armée française, le capitaine André Degorce et le lieutenant Horace Andreani ont développés des liens forts nés dans l’enfer de Diên Biên Phu et les camps du Viêt-minh.

    En ce mois de mars 1957, ils se retrouvent à Alger. Le vent a tourné, les captifs de hier sont aujourd’hui bourreaux. Leur façon différente d'assumer leur nouveau statut a raison de leur solidarité.


Où j’ai laissé mon âme ? met en scène trois personnages, trois hommes livrés à l’implacable vérité de la guerre, celle de la délation, des tortures, des massacres.

   Dans cet huis clos qu’est la villa Saint Eugène à Alger le prisonnier Tahar colonel de l'ALN est celui qui semble le plus apaisé, il va serein vers une mort inéluctable .

« Il (Tahar) est immobile sur sa paillasse, comme dans les rêves du capitaine, mais il est si calme qu’on pourrait le croire assis dans l’ombre fraîche d’une palmeraie, à Timimoun où à Taghit, regardant par delà le mur crasseux les dunes onduler sous la caresse d’un vent tiède, absorbé dans la contemplation de choses douces et mystérieuses qui n’appartiennent qu’à lui seul. »

   Le lieutenant de l'armée française Andréani s’est fait une raison et ne tergiverse pas devant son devoir. Il règle ses comptes avec sa conscience en s'abritant derrière les horreurs perpétrées par les membres de l'ALN. Il pense que chaque homme abrite le mal et la violence en son sein, la guerre ne fait qu'exacerber ce penchant naturel

   Le capitaine Degorce est un homme tiraillé, écartelé entre ses responsabilités et sa conscience. Il se trouve en porte à faux par rapport aux membres de sa famille qui le porte aux nues, il se sent indigne de cette confiance.

« Il est capable d’élaborer des raisonnements complexes et de prendre des décisions. Il sait formuler et comprendre les données d’un problème, hiérarchiser des informations. Il sait concevoir des plans nécessitant l’élaboration de conjectures à moyen et long terme. Mais, bien sûr, quand il s’agit d’écrire une lettre aux siens, quelque chose d’autre est nécessaire, quelque chose qu’il a manifestement perdu. L’âme, peut-être, l’âme, qui rend la parole vivante. Il a laissé son âme en chemin, quelque part derrière lui, et il ne sait pas où. »

 

  La lecture de Où j'ai laissé mon âme n'est pas une lecture facile. C'est une réflexion sur la torture par les tortionnaires eux-mêmes. Elle nous met au plus près des consciences tourmentées et suppliciées. Les corps se dénudent et les bourreaux entrent dans une danse macabre et douloureuse. 

   L'écriture de Jérôme Ferrari est à la hauteur de ce sujet difficile: puissante et énergique.

  L'avis de Sylire et de Stéphanie sur Landibiblog.

 

éditions Actes Sud - août 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans roman français
commenter cet article

commentaires

Nina 14/08/2011 20:38


Je l'ai lu l'année dernière mais j'ai eu du mal à le finir car le sujet est difficile ce n'est pas tout à fait mon genre de lecture mais il est remarquablement bien écrit.


Fransoaz 15/08/2011 10:00



Il faut s'accrocher avec un sujet aussi troublant mais le texte est vraiment magnifique et vaut qu'on s'y attarde.



attila 25/07/2011 12:05


j'ai également beaucoup aimé de livre qui m'a remuée. le style vient nous chercher dans le fauteuil et ne nous lâche plus : on voudrait regarder ailleurs mais on peut pas ...... comme vous j'aime
beaucoup acte sud : jamais déçue.


Fransoaz 26/07/2011 14:06



Actes Sud est -à mon avis- un gage de qualité et lorsque le livre n'est pas très bien c'est qu'il est excellent.


Où j'ai laissé mon âme? a remué beaucoup de lecteurs et lectrices, l'écriture est magnifique et le sujet puissant.


Merci de votre visite et message, c'est particulièrement plaisant d'avoir de nouveaux visteurs.



claudialucia ma librairie 18/07/2011 22:50


Je vois que tu te rends au plan H de Gwen! Veinarde! Vous nous raconterez, bien sûr!


Fransoaz 21/07/2011 09:39



Parfois ici on se sent un peu loin du monde et de la capitale, mais cet été avec la fameuse idée de Gwen Huelgoat sera la capitale des blogueurs!



Mireille 10/07/2011 13:17


Merci !


Le Fustec Mireille 08/07/2011 21:59


oui,si rien ne vient contrarier, je serai ravie de vous entendre parler


Fransoaz 10/07/2011 10:58



Et ce sera un plaisir pour nous de te rencontrer et de discuter lectures... entre autres!



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier