Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 12:51

purge.jpeg

 

     Vive l'Estonie libre !


     Un matin de 1992, Aliide, une vieille estonienne, aperçoit dans la cour de sa ferme un étrange ballot. Ce ballot de taille humaine et aux cheveux blonds est le corps sale et boueux d'une jeune fille. Les vêtements, pourtant de bonne facture, sont déchirés et souillés, les yeux sont hagards et les propos incohérents. Malgré les questions qui se bousculent dans la tête d'Aliide sur la présence chez elle de cette fille ( voleuse, espionne ou simple mendiante?), elle va l'accueillir dans sa cuisine et la réconforter.

    Par d'incessants retours dans le passé des personnages, toujours en lien avec l'histoire tourmentée de l' Estonie, l'auteur va dévoiler peu à peu le lien qui unit ces deux personnes:  Zara la jeune fille misérable et paumée et Aliide la vieille dame esseulée et méfiante.

   En filigrane de ce roman: la peur ; elle s'infiltre et s'invite dans cette campagne reculée et archaïque . Elle est omniprésente et s'accroche à la peau des deux femmes tout comme les grosses mouches à viande que chasse en vain Aliide. L'imposture et la honte qui ont régit toute la vie d'adulte d'Aliide sont le pendant de cette peur installée aujourd'hui dans sa vie. De la même manière qu'elle a poussé de lourdes armoires pour masquer son secret, elle va édifier une façade de mensonges pour s'abriter, donner le change et  sauver ceux qu'elle aime. La peur que ressent  Zara est tout aussi légitime et liée à sa triste expérience en Allemagne.

  "Mais la terreur de la fille était tellement vive qu’Aliide la ressentit soudain en elle-même. Bon sang , comment son corps se souvenait-il de cette sensation, et s’en souvenait si bien qu’il était prêt à la partager dès qu’il l’apercevait dans les yeux d’une inconnue.(…) mais maintenant qu’il y avait dans sa cuisine une fille qui dégoulinait de peur par tous les pores sur la toile cirée, elle était incapable de la chasser de la main comme elle aurait dû le faire, elle la laissait s’insinuer entre le papier peint et la vieille colle, dans les fentes laissées par des photos cachées puis retirées. La peur s’installait là en faisant comme chez soi"  

 


   Voilà un livre qui a une vraie carrure, il est bien charpenté et tient la route. Il nous oblige à faire un saut dans ce petit pays balte et à mieux comprendre le poids du passé lié aux différentes occupations. La carte du début de livre, la frise historique à la fin sont des éclairages pour la lecture . Et même s'il nous manque encore sans doute quelques clés pour appréhender complètement la réalité historique de ce pays nous sortons de cette lecture plus instruits, plus proches de cette population martyrisée.

    La façon dont  Sofi Oksanen a tissé son oeuvre entretient l'intrigue, à son plus haut niveau, d'un bout à l'autre du récit. La traduction  talentueuse, la densité des personnages et la dimension historique contribuent à faire de Purge un très grand roman.

 

traduit du finnois par Sébastien Cagnoli

Mai 2010- Cosmopolite STOCK

Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans roman étranger
commenter cet article

commentaires

Schlabaya 21/02/2011 09:00


Billet à venir, mais je l'ai lu ce w-e ! Tu me diras à qui l'envoyer en retour. Merci de me l'avoir prêté, c'est en effet un roman très fort.


Fransoaz 23/02/2011 14:52



Je lirai ton billet avec plaisir.


Il n'y a personne d'autre inscrit sur ce livre, je te communiquerai donc mon adresse postale.



Schlabaya 10/02/2011 14:15


Ah, d'accord ! De toute façon, il entre dans le challenge de la semaine nordique (du 21 au 27 février) donc je ne tarderai pas trop normalement.


Fransoaz 11/02/2011 20:51



Si tu dois réaliser un billet à cette échéance là, tu vas en effet devoir faire vite.



Schlabaya 10/02/2011 13:50


Bien reçu, merci de me l'avoir envoyé, je vais le lire très bientôt !


Fransoaz 10/02/2011 13:56



Je te souhaite une très bonne lecture.


Tu peux prendre ton temps, il n'est pas attendu ailleurs pour l'instant.



noann 06/02/2011 12:26


Il ne fait pas l'unanimité. Chez nous on n'a pas raffolé
Il semblerait qu'on adore ou déteste.
En revanche, il y a quand même semble-t-il des lourdeurs et atermoiements. J'ai feuilleté quelques pages et ai laissé tomber. Le style ne me plait pas (traduction ? Langue d'origine trop âpre ?)


Fransoaz 06/02/2011 21:06



Je conais des personnes, avec qui j'ai pourtant beaucoup d'atomes crochus littéraires, qui n'ont pas réussi à aller au bout de la lecture.


Pour moi un (ou LE) souvenir marquant de 2010 (je n'ai pas vu les lourdeurs).



Schlabaya 03/02/2011 10:49


Heureuse de découvrir ton blog, Fransoaz ! Je suis également bretonne (finistérienne vivant à Rennes).
Ce livre m'interpelle depuis quelque temps, si tu le fais voyager je suis intéressée...


Fransoaz 03/02/2011 16:47



Merci Schlabaya de ta visite (ce n'est quand même pas un nom breton ça!)


Pas de soucis pour le voyage de "Purge". Lily te l'expédiera.


J'espère que tu as reçu mon courriel.



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier