Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 22:28

images-copie-3.jpeg

 

  L'âme de l'Afghanistan

 

    Un vieil homme, Dastaguir, s’est donné comme mission d’aller voir son fils Mourad pour lui annoncer la terrible nouvelle : la mort de sa femme, de sa mère et de son frère victimes du bombardement de leur maison. Le fils de Mourad, Yassin, a échappé au bombardement mais est devenu sourd : « Grand-père, les russes sont-ils venus prendre les voix de tout le monde ? Que font-ils de toutes ces voix? Pourquoi les as-tu laissés prendre ta voix ? Sinon ils t’auraient tué ? Bibi n’a pas donné sa voix, et elle est morte… » Dastaguir se demande comment formuler l’indicible, l’insoutenable vérité à son fils. En attendant la voiture qui le mènera à la mine où travaille son fils il engage un monologue intérieur en exprimant  toutes ses pensées.

 

    Un petit récit d’une grande tristesse et d’une grande douleur qui se situe pendant l’occupation de l’Afghanistan par les russes. Le poids de la nouvelle à transmettre est trop lourd et obsède le vieillard. Toutes ses pensées et toute son énergie sont tournées vers le moment où il se trouvera devant son fils. Il n’a pas beaucoup de patience envers son petit fils Yassin qui le sollicite sans cesse pour comprendre son nouvel environnement silencieux. Mais le vieillard n’a ni temps, ni espace pour expliquer, consoler, parler ou même s’adonner à son propre chagrin.

   Longtemps après avoir refermé le premier livre d'Atiq Rahimi, résonnent en nous les divagations du grand-père et les questions lancinantes du petit fils.


Editions POL- janvier 2005

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Congar - dans roman étranger
commenter cet article

commentaires

dasola 30/05/2013 16:24

Bonjour, je n'ai pas lu ce roman mais j'avais vu l'adaptation ciné par Atiq Rahimi: très émouvant. C'est un film qui eu peu d'échos et c'est bien dommage. Bonne après-midi.

Fransoaz 30/05/2013 16:55



J'ai découvert l'auteur avec ce titre, ce fut une vraie révélation. J'ai préféré ce livre à Syngué sabour qui est aussi très bien. Je n'ai pas vu les films qui s'en sont inspirés. Un auteur
talentueux assurément!



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier