Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 15:30

 

  " Le sac à dos modifie le regard d'autrui."

      Donner à un livre le qualificatif de livre de vacances est toujours très subjectif et inhérent à ce que nous mettons derrière ce mot spacieux et prometteur. On ne cherche pas tous la même chose pour la parenthèse estivale.

    Mes vacances basques, elles, se sont accordées avec les lentes pérégrinations du voyageur Jean-Paul Kauffman.

      Le journaliste/écrivain décide de marcher à contre-courant en flirtant sans cesse avec la Marne. Il préfère avoir Paris dans son rétroviseur plutôt que dans sa ligne d'horizon et se dirige à pas comptés vers le plateau de  Langres où la Marne prend sa source. L'auteur connaît bien cette région, mille fois traversée pour rejoindre les deux pôles familiaux: des marches de Bretagne à l’Alsace.
     "Le village d'Aÿ m'est familier, mais je le vois à présent sous un jour différent. La voiture qui permet d'accéder promptement au cœur d'un village, ne met en mouvement que le cerveau; manqueront toujours le toucher, le contact physique, cette friction de la plante des pieds du talon avec le sol, sans lesquels l'expérience de la vie immédiate est incomplète. Les orteils palpant la surface de la croûte terrestre nous renseignent mieux que la tête sur la consistance des choses."

       Sac à dos bien ferré, le pèlerin décide d'avancer à son rythme épousant celui de la rivière; les sens en éveil pour s'imprégner du paysage sonore et olfactif. Quelques étapes amicales sont prévues mais l'inopiné et les rencontres fortuites font aussi partie du programme. 

    Monsieur Kauffman met au service de cette marche toutes les connaissances livresques engrangées depuis de longues années. Chaque méandre, chaque lieu-dit, chaque étape est prétexte à revenir sur un fait historique, un élément toponymique, une incursion dans la vie socio-économique ou tout au moins une pensée philosophique.

         Le randonneur arpente ainsi le "dos" de la capitale; la France qui survit bouche ouverte pour ne pas étouffer, celle qui s'est détournée depuis longtemps des politiques et de leurs vaines promesses et ne compte plus que sur ses propres forces. 

    "J'ai vu des villages que la vie avait apparemment désertés: maisons barricadées, devantures abandonnées, trottoirs défoncés. Des affiches annonçant une réunion, un voyage, un collectif de lecture, une manifestation indiquaient que la communauté n'était pas morte. Derrière l'apparence défensive se terre un monde invisible. Une autre vie agit à l'intérieur par le seul mérite du don, du bénévolat, de la solidarité."

        L'auteur est un grand érudit qui jamais ne lâche prise. Les références historico-littéraires priment sur les sensations et les émotions du baroudeur.  Cette distanciation n'entache pas le récit qui demeure un beau cheminement de lecture.

 

 

Editions fayard - mars 2013-

    

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fransoaz - dans récits
commenter cet article

commentaires

vivi 06/12/2013 22:38

C'est en Haute-Lande, donc vraiment dans le nord du département des Landes, tout proche de la Gironde.

Fransoaz 11/12/2013 16:02



Merci Vivi pour la précision, j'aime bien la clarté géographique!



vivi 05/12/2013 20:48

En effet, dans les Landes, un peu plus au sud...

Fransoaz 05/12/2013 21:52



Tu connais donc cette "maison"?



vivi 27/11/2013 23:38

De Jean-Paul Kauffmann, je me souviens surtout son enlèvement au Liban en 1985.

Fransoaz 05/12/2013 14:08



Personne n'a oublié cet évènement, un des premiers enlèvements à être si médiatisé je suppose.


J'avais été emballée et émue par La maison du retour, le titre est très parlant et cette maison est sise dans ton pays -ce qui ne gâche rien!



Jostein 17/10/2013 17:41

Je le reprends à la bibliothèque dès que possible.

Fransoaz 18/10/2013 20:42



Tu es capable de beaucoup l'aimer cette balade en bord de Marne!



alain 21/09/2013 16:06

J'ai bien aimé aussi cheminer avec Jean Claude kauffmann

Fransoaz 26/09/2013 16:26



C'est vraiment ce que l'on fait grâce à la carte du cours d'eau et des villages et villes traversés. Je l'ai beaucoup consultée (même si la bibliothécaire zélée l'avait occultée à renfort de
scotch!)



Lenn Ha Dilenn

  • : Les lectures de Fransoaz
  •   Les lectures de Fransoaz
  • : Lectures et gourmandises.
  • Contact

Berr-ha-berr

 

blogoclub

Pour le premier décembre

La promesse de l'aube

Romain Gary

 

challengedesnotesetdesm

Challenge des notes et des mots

chez Anne 


Challenge Nos pépites de l'année 2014/2015

Chez Sous les galets

Barzhaz

 

Chez Asphodèle poésie du jeudi

POÉTISONS

Ar Solier